Cotisations accidents du travail – Fin du taux dit « bureau » au 31 décembre 2019

Publié le : 05/11/2019 05 novembre Nov. 2019
Depuis le 2 mars 2017, le taux AT-MP dit « bureau » a été remplacé par le taux « fonctions support de nature administrative ».

A noter que seules les entreprises bénéficiant d’une tarification dite collective (entreprises de moins de 20 salariés) ou mixte (entreprise dont l’effectif est au moins égal à 20 salariés et inférieur à 150 salariés) pour les cotisations d’accident du travail-maladie professionnelle, peuvent demander l’application de cette tarification spécifique, et uniquement pour les fonctions suivantes :
  • secrétariat,
  • accueil,
  • comptabilité,
  • affaires juridiques,
  • gestion financière,
  • ressources humaines.
Ne sont plus visées :
  • la sécurité,
  • la logistique,
  • la téléprospection,
  • la conduite de travaux ou de chantiers,
  • l’infographie,
  • les fonctions commerciales,
  • la communication,
  • l’informatique,
  • les fonctions de direction.
La notion de sédentarité n’est plus un critère et l’absence d’exposition au risque concerne dorénavant le local où travaille le salarié et dès lors que celui-ci est fermé, il n’est pas exposé au risque.

Une période transitoire a été mise en place pour l’application de cette réforme. Ce qu’il faut retenir, c’est que pour pouvoir continuer à bénéficier d’un taux réduit d’AT-MP à compter du 1er janvier 2020, il est nécessaire d’en faire explicitement la demande avant le 30 novembre 2019. La bascule n’est pas automatique et ce n’est pas parce que vous avez actuellement un taux « bureau » que vous pourrez automatiquement bénéficier d’un taux réduit « support de nature administrative ».

Si vous n’engagez aucune démarche, seul le taux de l’activité principale deviendra applicable à l’ensemble des salariés au 1er janvier 2020. Ce taux sera calculé en fusionnant le taux de l’activité principale avec celui du taux bureau.
  • Selon les informations diffusées par le GIP-MDS (Groupement d’intérêt public – Modernisation des déclarations sociales) la disparition de ce taux « bureau aurait pour effet de conduire à l’abaissement du taux de l’activité principale qui s’appliquera à l’ensemble des salariés.
  • Selon la composition de l’entreprise et la répartition du nombre de salariés affectés à l’activité principale et ceux relevant de fonctions strictement administratives, il n’est pas possible de mesurer l’impact réel de la disparition du « taux bureau » sur les cotisations dues par l’entreprise sur le risque AT/MP.
Karine LAVARELO

Historique

<< < 1 2 3 4 5 6 7 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.